Depuis que je suis arrivé comme prêtre sur Versailles, j’ai entendu de nombreux jeunes, lycéens ou étudiants, me partager

IMG_5805

leurs questions face à la vocation ou même leur désir d’y répondre. D’autres se montrent disposés à garder toute éventualité et à se poser, en temps voulu, la question de la vocation et du choix de vie. A chaque fois, revient en moi la même interpellation : que faisons nous pour encourager et soutenir toutes démarches, quel témoignage donnons nous de notre propre vie pour appeler les plus jeunes à s’y engager. Pour répondre ces questions, trois pistes se dessinent. La première pistenous renvoie à la manière dont nous parlons de nos propres engagements, à la manière de vivre nos choix de vie dans le mariage, le sacerdoce ou dans la vie consacrée. Donnons nous envoie de s’engager à notre exemple ? Montrons nous toujours une image vraie mais belle de nos vies, de nos engagements ? Ou sommes nous, nous aussi, gagnés par le pessimisme ou l’inquiétude ambiants ? La deuxième piste renvoie à notre manière d’encourager les jeunes à choisir et à se tenir à leurs engagements. Comment participons nous à l’éducation à la fidélité et au choix ? Sommes nous toujours prêts à aider au discernement entre leurs activités (week-ends de scouts vs soirée de rallye, services vs compositions….) ? La troisième et dernière piste nous rappelle à la mission première que nous donne le Christ de prier pour les ouvriers dans sa moisson ? Portons nous constamment dans notre prière la supplication du peuple qui demande à son Seigneur les pasteurs et les serviteurs dont il a besoin ? Le faisons nous avec la conviction profonde que le Seigneur nous exaucera et déjà commencé à le faire ? Le renouveau de l’Eglise passera par la prière et par notre propre témoignage de vie qui appellera nos plus jeunes à découvrir la joie du don, du don total.