Nous voici presque arrivés au terme de notre marche vers Noël qui aura pu être marquée par de belles escales spirituelles et paroissiales : prière du soir, soirée de la réconciliation, messe de l’Immaculée Conception. Ces temps nous ont invités à renouveler notre désir de ne pas subir le poids des jours mais de sortir de nous-mêmes pour aller à la rencontre de Celui qui vient comme Il l’a promis. Ils nous ont aussi appelés à renouveler notre confiance en Dieu et de ne pas avoir peur. De fait, nous sentons monter un peu partout de l’inquiétude et de la peur face à l’avenir. Inquiétudes devant la situation économique de notre pays, devant la montée du chômage, devant la paupérisation grandissante des foyers modestes, devant la radicalisation ou le fanatisme religieux, devant la puissance technologique et la transformation biologique de l’homme... La liste pourrait encore s’allonger si nous cherchons bien. Et pourtant, le Seigneur vient briser ce cercle enfermant car la peur et l’inquiétude nous paralysent et nous empêchent de regarder l’avenir avec confiance et de nous y engager avec liberté. Noël nous recentre, nous réveille, nous appelle à ne pas céder aux discours sombres mais à savoir regarder la réalité et l’histoire comme Dieu les voit. Il vient habiter notre histoire et y agir. Il vient reprendre les rênes de notre course si nous acceptons de lui laisser en être le guide. Il vient rappeler le sens des choses de ce monde et il vient demeurer avec nous. Marie fut la première témoin de cette nouveauté permanente qu’est la venue de Dieu dans le monde. Si le monde nous paraît si sombre ou triste, c’est parce que l’on a chassé, obscurci ou déformé Dieu, lui la vraie lumière. Marie nous montre humblement cette grâce de savoir espérer contre toute espérance et dépasser sa peur par la foi en Jésus, Dieu sauveur ! C'est pourquoi, vouloir gommer toute trace de cette espérance en faisant une chasse aux sorcières contre les crêches est suicidaire pour notre société. Non seulement car cette chasse veut éliminer toute trace de son héritage multiséculaire mais aussi parce que ce qui est bani est porteur d'espérance pour les croyants comme pour les non croyants car il nous recentre sur le coeur de l'existence et de la société, la vie partagée et donnée. Belle fête de Noël en cette fin d'année !

 

 

Unknown